Nous sommes parti de la Clédelle le 5 mars. Pour un nouveau wwoof à Villemagne l'Argentière. Et on y est déjà plus pour des raisons que l'on tentera d'expliquer dans un prochain poste. Cela nous a donné l'occasion de passer quelques jours chez ma grande amie Delphine à Frontignan et de rencontrer sa collaboratrice en permaculture Chris' qui est une femme charmante énergique et vachement calée :)

De là notre route devait nous amener autour de Perpignan, mais les aléas du voyage en ont décidé autrement. Je ne me penche pas sur ces étapes pour le moment, voici quelques détails que nous avons à rattraper sur les quelques dernières semaines.

Nous n'avons pas acheté de pain ce mois-ci. Tous les 2 jours, j'ai fait 2 kilos de pâte avec un levain qu"Antoine m'a passé à Saint Felix ;) Merci Antoine ! Je suis obligé d'y mettre un peu de froment pour que ça panifie un peu, mais j'y ajoute toujours du sarrazin (miam), de l'epeautre, du seigle ou même du maïs ... Le résultat est un pain assez ferme mais très savoureux et nutritif. C'est le pain que j'aime voir sur la table et faire son pain est toujours un facteur de stabilité.

La recette, si ça tente quelqu'un ;) se trouve dans la rubrique "Recettes" en haut à droite de l'écran.

Je vous raconte ça parce qu'on a eu une discussion/interview avec Françoise cette semaine et que la problématique de l'alimentation est centrale pour qui veut évoluer en autonomie partielle ou "hors-système".

L'idée de l'interview nous est venu car nous rendons régulièrement compte que les supermarchés nous possèdent et que hors période de wwoofing nous y laissons beaucoup d'argent. Nous essayons de nous approvisionner à la biocoop, nous y cherchons systématiquement farines et produits secs, mais y faire toutes ses courses ne convient qu'aux gens aisés ou à ceux qui ont prévu de ne pas survivre jusqu'aux prochaines courses.

Donc, manger bien est exclu quand on est aux minimas sociaux. Ce qui est dégueulasse en soi. Mais alors comment font les posts hippies, les anar', les zonards, les rêveurs, ceux qui sont pauvres exprès ? Les idéalistes ne mangent pas de la merde, or ils sont souvent à la dèche, comment font-ils ?

C'est là que nous avons fait le recoupement avec Françoise. Cette maman et sa fille vivent dans le Tarn avec très peu de ressources. Mais ce n'est pas n'importe quelle maman, elle a beaucoup vécu dehors et avec très peu de choses, elle ne travaille pas parce qu'elle à mieux à faire de son existence. Sa fille est non-sco depuis toujours. Françoise n'est donc pas quelqu'un qui s'en laisse conter. Alors comment fait-elle pour manger à hauteur de ses aspirations et rester en bonne santé ?

Voici les propos recueillis lors d'un après-midi passé avec Françoise et Cyann. Ces quelques questions nous ont servi de trame :

Comment devient-on un non-consommateur ?

-Comment éviter les supermarchés ?

-Quelles stratégies pour se nourrir qualitativement, place du bio?

-Réduction des déchets, économie d'énergie

-Achat en gros ?

-Auto production, cueillette sauvage, glanage ?

Françoise et sa fille Cyann sont arivées pile à l'heure du goûter avec des galettes de sarrasin aux petits légumes. De notre côté, la brioche levait, cet après midi "interview" commençait plutôt bien !! Assis devant notre tisane de verveine, notre échange commença:

Pour Françoise le mot d'ordre est organisation, les courses ne sont pas faites au hasard et les commerçants sont sélectionnés selon des critères précis; Elle fait une utilisation séléctive des grandes surfaces, privilégie les magasins bio et le marché de producteurs du samedi matin.

Avec un budget plus que serré, Françoise et Cyann cuisinent et mangent de manière qualitative et savoureuse. A leur table, pas de plats touts faits, mais des recettes simples et saines réalisées pour leur qualités nutritives et leur bon goût. La simplicité est de mise, des légumes frais, des céréales, des légumes secs;..Les huiles jouent aussi un rôle essentielle : colza, olives, sésame et huile de noix avec parcimonie (son prix étant vraiment trop élevé). Le glanage et la cueillette sauvage ne sont pas des pôles importants dans la vie de Françoise mais elle s'y adonne avec plaisir aux cours de balades et conaît les plantes et leurs vertus...

Avec Françoise, et depuis que nous sommes en voyage, nous avons re-découvert la notion de frugalité. Et si l'on sort de nos habitudes de pensée et de nutrition, la frugalité apporte une réponse à nos questionnements sur l'équilibre alimentaire. Sans pour autant manquer ou se priver et en prenant même du plaisir !

A la maison pas de frigo et c'est un choix : pas de système de réfrigération, pas de perte. Les restes sont consommés au repas suivant. Les économies d'énergie sont une préoccupation financière mais aussi et surtout écologique; Il en va donc de même pour le gaz. Pour cuire les pâtes, elle monte l'eau à ébullition, verse les pâtes dans la casseroles, met un couvercle et ..éteint le gaz. Perso, on y aurait jamais songé, et ça fonctionne tout aussi bien, cela prend juste un peu plus de temps.

Merci Françoise pour tes réponses éclairantes et tes petites recettes dans la page "Recettes !!"

-----------------------------------------------------

Edwige et moi avions un défi tricot depuis le mois d'octobre. Eh bien, ça y est, j'ai fini mon pul à la mi-févrierl. Mais je n'ai pas battu Ed qui en a fait 2 dans le même temps :(

Mais celui-ci est pour Grande Ginette, alors on est à égalité, 1 pull partout !

 pull

Les gars se sont mis aux romans. Ca aussi c'est une petite victoire à mettre sur le compte du mois de février. Nous n'en faisons pas un plat, mais ils semblent tous les 2 avoir décidé qu'un bon livre n'a pas forcément d'images.

 Ne pas tourner en rond a été important ce mois-ci. Alors, j'ai également ressorti mon ukulele. J'ai décidé que j'avais le temps et que soit je fantasmais de jouer, soit je jouais vraiment. Je me suis penché un peu sur la théorie et j'ai enfin compris comment se composent les accords de bases. Et j'ai pompé quelques tunes sur internet :

- Ziwbabwé de Bob Marley

- La bodega des Négresses vertes

- All I want de --- Bo du film Juno de Barry Louis Polisar

- Superstar de Sonic Youth

Je ne vous fais pas encore de démo, mais ça se fera ! Je vous vois d'ici me mettre au défi ;)

De mon côté, j'ai finalement mis ce mois à profit. J'ai fait de grandes découvertes. Comme, par exemple, que je peux mettre les chaussures de chéri sans enlever mes chaussons (c'est rudement pratique !). Ou que la physique quantique c'est fun, même si j'ai rien compris à cette histoire de chat dans une boite ou de particules sensibles à notre regard..( mais c'est ce qui expliquerait les coups de foudre d'après Berlu. Il précise: surtout avec les jeunes filles blondes  ..). J'ai repiqué des fraisiers de Feu sur Air  dans un jardin Mandala, rebaptisé les oiseaux du coin avec des noms qui correspondent à leur chant : le télégraphe, la belle-mère.. J'ai tricoté des chaussettes pour des bâtons..Je suis remontée sur des patins à glace (spéciale dédicace à toi Delph!!) et je n'ai même pas chu ! .J'ai aussi lu quelques bouquins vraiment sympas (vous trouverez tous les détails dans la page Bibliographie du voyage). Mais surtout, j'ai renoué avec la couture !!!  Au bout de 3 semaines (où comme par hasard, il faisait un vrai  temps d'hiver ..), j'ai remis le pied à la pédale et c'était reparti comme en l'an 40 ! Je me suis aussi trouvé une nouvelle addiction : la broderie. Les gamins m'ont décerné mon diplôme officiel de grand-mère lorsque je me suis mise au tricot alors je m'investis dans le rôle :)

Là, nous sommes dans un endroit incroyable avec des gens adorables en train de vivre une histoire vraiment particulière, touchante et peu commune.qui mérite encore plus que les autres d'être narré.

On vous embrasse fort !!!

La Hippie family !!