IMG_5791J'ai fait le beau et j'y ai laissé des plumes !

Le boulot intensif ne m'a pas posé trop de souci, par contre un petit moustique s'est glissé sous ma moustiquaire un soir et m'a fait un petit cadeau.

Je suis rentré avec un exemplaire perso de Plasmodium falciparum (non ce n'est pas un livre ancien), grosso modo, la malaria. Du coup, le retour a été plus dur que le séjour :(  Je suis remis sur pied, mis à part la grosse fatigue qui subsiste.

Edwige a accompli des miracles pendant que j'étais absent. Notre crowd funding, qui est clos à présent, s'est soldé autour de 2600€ ce qui représente la moitié du coût de la camionnette. C'est très cool ! Du coup, elle est acquise, la carte grise en route, l'assurance OK ...

Mais le voyage alors ?

IMG_5600

Voici la petite troupe :)

Il y a plein de choses très positives à dire sur le fonctionnement de groupes humains face à l'adversité. Les complémentarités se mettent en place et la solidarité devient un ciment vital. Mais ce phénomène est somme toute assez classique.

Il y a plus de choses à dire sur l'objectif que l'association visait, la façon dont le groupe a été constitué ou la manière dont l'encadrement a mené sa tâche. Je ne vais pas essayer de vous enfumer, et encore moins de me mentir à moi même pour tenter de valider ce qui a été fait.

- La mission a été mal préparée. Aucun projet ou besoin exprimé par les villageois n'a servi de base à l'implantation de notre système. Nous sommes arrivés comme des blancs et nous avons fait des trucs de blancs. En force, sans nous préoccuper de l'éthique ni de l'étiquette ...

- Un mensonge a servi à récolter des fonds et un stage de formation inexistant a servi de prétexte. La permaculture en Afrique est affaire d'experts, le reste n'est que tourisme. Un toubabou qui n'y connait rien et qui n'est pas en cours de formation ne sert à rien dans la brousse. Il ne fait qu'éveiller la suspicion auprès des villageois. J'avais décidé depuis des années que je ne prendrais plus l'avion. Sur ce projet, je me suis dit que le bien que j'imaginais pouvoir faire justifiait le vol. Je me disait que c'était toujours un vol qui ne soit pas en pure perte. Au retour je suis bien obligé d'avouer que ce n'était que de la poudre au yeux. Je n'ai rien appris et la seule légitimité que j'avais était celle d'un touriste avec une pelle qui n'a rien d'autre à faire de sa vie et de son argent que d'aller suer sous les tropiques pour le bien de sa conscience.

- Le système a été calibré à la va-vite. Les baissières, le barbelé, les arbres, le béton rien de tout cela ne tiendra sans injection d'argent. Aucune estimation du rendement éventuel du système n'a été faite, il n'est pas sur qu'un sous en sorte un jour. Le référent en permaculture n'avait rien à faire là. Selon moi, évidement ! Il m'a semblé avoir ni intérêt, ni respect pour le continent ou les peuples africains. Il était là pour l'argent, point barre !

- L'intégralité des moyens mis en oeuvre a servi chez un seul villageois d'une manière assez injuste. Il dispose à présent d'un système qui "potentiellement" le met à l'abri du besoin à horizon de 3 à 5 ans et cela au milieu d'un village ou la vie est quand même très rude. C'est comme s'il avait bénéficié directement de subventions bretonne, finistéroise et brestoise. Ce qui est difficilment justifiable. J'ai beaucoup de respect pour la personne en question, mais je me demande si on ne lui a pas fais plus de mal que de bien. En effet, il est maintenant obligé de vivre dans le stress de la course à l'argent, là où autour de lui les échanges monnétaires sont rares, et comme sous le couperet d'un credit dangereux.

- La logistique de l'équipe de volontaires a été plus que hasardeuse. Economie sur la nourriture, la cuisinière, le logement ... aucun chiffre n'a pu être obtenu pour estimé ce que l'association déboursait pour ces aspects de notre séjours. Jusqu'à énervement complet et perte de sang froid du président qui m'a personnellement signifié que si je n'était pas content je "pouvais me casser" ?? Pas très serein le gars ...

En bref, les toubabous ont encore une fois débarqué avec leurs grandes idées et on fait n'importe quoi pour arriver à leur fin, sans tenir compte des facteurs humains ou culturels. L'ambition était déguisée et la perversité de notre présence au Burkina Faso ne s'est faite jour que petit à petit.

Il va de soi que je suis déçu d'avoir fait confiance à cette association. Il est nécessaire qu'elle arrête immédiatement son action tant qu'un sérieux travail de légitimité n'aura pas été fait.

Les propos que je tiens ici leur ont été livrés en direct et je resterai attentif à leurs projets dans les prochains temps.

Pour finir sur un point plus positif, le dernier membre de notre fine equipe "wwoof trip" est enfin connu :)

Nous avons repérer, à la SPA de Haguenau, un chien qui répond au nom de Idix et qui a séduit toute la famille. C'est un peu un vieux monsieur, en effet, il a 9 ans (c'est une estimation). Mais il est très beau et calme. C'est un corniaud, évidement, mais il ressemble à un Border Collie, mais blanc et feu !

Il fera un compagnon idéal à nos 2 aventuriers. Il sera sans aucun doute le sage de la bande :) J'espère que les garçons l'écouteront attentivement ...

Il est réservé et devrait intégrer le foyer courant de cette semaine.